Biographie   Singularité   Portfolio   Expositions   Contacts  
     
   

Biographie


Né vers 1943 à Podor, dans la région du Fouta, Oumar Ly découvre la photographie au contact des français installés à Podor, petite bourgade située à la frontière sénégalo-mauritanienne, le long du fleuve Sénégal.

 

Ce gros village est un ancien comptoir, et une escale fluviale où s’étaient installés les commerçants bordelais, qui de Saint Louis remontaient le fleuve pour développer leur commerce dès que la « pacification » leur assurait sécurité et prospérité.

 

Son père tenait la boutique d’un commerçant libanais, le long du quai. Après des études primaires vite écourtées, et la fréquentation de l’école coranique, il apporte son aide et sa force de travail à ses frères qui cultivent un potager et un verger. Petit vendeur de légumes, il fréquente les quartiers des militaires français installés autour du fort Faidherbe.

 
     

C’est là chez Demba Tall, le meilleur pâtissier de la ville qu’il découvre pour la première fois un appareil photo et l’usage qu’en faisaient les français.

 

Fasciné par cette machine étrange, il économise et s’achète un premier appareil Kodak carré, à la boutique Maurel et Prom, avec lequel il s’initie à la prise de vue. Faute de matériel, il devait envoyer par courrier postal ses pellicules à Saint Louis pour y être développées.

 

Il a atteint ses 18 ans. A l’âge de 20 ans, voyant tous ses amis poursuivre leurs études ou commencer leur vie professionnelle loin de Podor,  il s’engage  dans l’armée, et réside 18 mois au camp Lat Dior à Dakar. Au terme de la durée légale, il est libéré et regagne Podor.


De retour, il décide de se consacrer à la photographie et, grâce aux bons conseils et aux enseignements pratiques de  Demba Hassan Sy, qui lui prêtera un appareil Rolleiflex et lui achètera des projecteurs, il se sent en mesure, en 1963,  d’ouvrir son premier studio professionnel à Podor.


Il effectue toute sa carrière de photographe dans sa région natale jusqu’à ce jour.

 

 

Son métier de photographe


A ses débuts, il pratique son métier en étroite relation avec les autorités administratives du lieu, et accompagne le plus souvent le juge de paix et son greffier en tournée dans les villages des arrondissements de Podor lors de leurs audiences foraines pour y faire des photos nécessaires aux  formalités d’état-civil, n’hésitant pas, bien souvent, à partir «  en tournée », avec la voiture du sous- préfet ou à pieds, seul ou avec un assistant.


Ce sera sa fonction principale pendant de longues années, et l’occasion pour lui d’attirer l’ensemble de la population de la ville et de tous les villages environnants vers le Thioffy studio, son studio situé à l’angle du marché principal de Podor.
 Bientôt, il se lance rapidement dans le portrait ou la photo de groupe posée en studio. Il dispose d’un 6x6 et de 3 projecteurs ; il acquiert son premier agrandisseur un Erlek.


Il réalise ainsi une « galerie-photo » de la population de ces années, amassant plus de 5000 clichés, sur une période de plus de 40 ans.


Restant fidèle à sa ville et à son activité de photographe-chroniqueur, il continue d’aller tous les matins retrouver ses amis au Thioffy studio, partager le thé « ataya » et accueillir des clients, les « mettre en scène » pour la photo souvenir.

Texte écrit par Jean Claude Thoret, basé sur les informations communiquées oralement par le photographe.
Crédits photographiques : JC Thoret - Tous droits réservés
Pour toute information : contact@oumar-ly.com